Accueil > Revue de presse > A Cap Leucate, on sert désormais du vin bio sur un plateau

A Cap Leucate, on sert désormais du vin bio sur un plateau

Source : L'Indépendant, édition du 7 février 2012

A Leucate, l'authenticité n'est pas née opportunément en flairant le marché bio. La preuve : économiquement la cuvée bio n'offre pas de débouché conséquent, et pourtant une poignée de vignerons y croit. Si aujourd'hui cette production ne représente qu'à peine 1 % de la totalité du Chai La Prade (sur les 72 000 hl produits par les adhérents), cette culture est liée à l'état d'esprit du lieu.

 

"Nous sommes gestionnaires du plateau de Leucate, explique Jean-Marc Vallverdu, vice-président de Cap Leucate. Nous avons été sensibilisés par Natura 2000, qui occupe la moitié du plateau, et notre volonté a été, très vite, de convertir le vignoble situé sur le plateau en agriculture biologique".

 

Ni l'administration, ni les dirigeants syndicaux de l'agriculture bio ne tolèrent de conversion partielle. Le langage du "tout ou rien" ne pouvait convenir aux Leucatois, "ce serait un suicide !" reconnaît Joël Castany, le président. Cette fin de non-recevoir a plongé les vignerons dans la perplexité. Ils ont rebondi par une solution collective, et créé une SCEA, délimitant les parcelles du plateau en production AB. La cuvée Fitou Bio, élaborée en l'honneur d'Etienne, le cultivateur de violette de la brillante famille de Cezelly, pointe timidement son nez en vente directe. Une percée qui devrait se consolider dans les années à venir avec un circuit de commercialisation plus affirmé. "Notre objectif est, à terme de cultiver la majeure partie du plateau de Leucate. C'est une démarche territoriale, car l'espace est sacralisé, il n'y aura jamais le TGV !", ajoute, ironique, Joël Castany.

 

Temps de création : Indefini